Enquête ETHRA : le rôle de la vape dans le sevrage tabagique

Enquête ETHRA : le rôle de la vape dans le sevrage tabagique
Souvent malmenée, souvent dénigrée, la vape a du mal à être considérée comme une alternative au sevrage tabagique. L’enquête portée par l’ETHRA démontre toute l’importance du vapotage et le rôle qu’elle tient chez de nombreux vapoteurs devenus ex-fumeurs.

ETHRA

Souvent malmenée, souvent dénigrée, la vape a du mal à être considérée comme une alternative au sevrage tabagique. L’enquête portée par l’ETHRA démontre toute l’importance du vapotage et le rôle qu’elle tient chez de nombreux vapoteurs devenus ex-fumeurs.

Une enquête européenne

Du 12 octobre au 31 décembre 2020, l’ETHRA ( European Harm Reduction Advocates) a ouvert une enquête en ligne pour tous les européens ayant recourt à l’utilisation de la nicotine. Plus de 37 000 Européens ont répondu à ce questionnaire. L’enquête s'articulait autour de 44 questions sur le tabagisme, l’envie d'arrêter de fumer, le vapotage, ses obstacles, la TPD et les réglementations nationales.

La vape : une aide vers un sevrage

Vapoteurs ayant fumé dans leur vie

Les résultats sont explicites, l'enquête révèle que 83.5 % des vapoteurs ont réussi à arrêter de fumer.

Les raisons d'adopter la vape

Sur les 27 758 ex-fumeurs qui ont répondu à l'enquête, 96.8% citent la vape comme un moyen de réduire les risques et d'améliorer sa santé.

Les conséquences des taxes et de la TPD sur la vape

Même si le désir d’arrêter de fumer est élevé, plus de 67% des fumeurs aimeraient sauter le pas, les taxes représentent un réel frein. Selon les pays, 24.3 % des fumeurs s’y refusent pour une question de coût. 34,5 % des fumeurs dans les pays ou la vape a été taxés en 2020. Cette proportion est de 44,07 % en Finlande, Portugal et L'Estonie, les pays où les taxes battent des records.

28.1% des vapo fumeurs ne désirent pas arrêter totalement la cigarette à cause de ces taxes dans les 12 pays d’Europe taxés. L’interdiction des arômes de vape est également une problématique qui rend le sevrage tabagique difficile.

Consommation moyenne d'e-liquide

Le volume d'e liquide consommé quotidiennement a augmenté. Cette consommation : “ est passée de 3 ml/jour en 2013 à 10 ml/jour en 2020) tandis que la concentration en nicotine de ces e liquides a considérablement diminué (de 12 mg/ml en 2013 à 5 mg/ml en 2020). “

“ Deux tiers (65,9 %) des vapoteurs utilisent des e-liquides dont la concentration en nicotine est inférieure à 6 mg/ml. “

La vape un avenir incertain

Si une taxe élevée sur la vape était imposée dans l'UE

Les utilisateurs ont pu s’exprimer sur leurs futures consommations dans le cas ou de nouvelles taxes s’imposeraient. Le constat est alarmant : « plus de 60 % des utilisateurs chercheraient des sources parallèles non taxées. Si les arômes de vape étaient interdits, plus de 71 % des vapoteurs chercheraient des sources alternatives au marché légal. »

Les recommandations de l’ETHRA

L’ETHRA recommande de revenir sur le flaconnage et la limitation des taux de nicotine imposés par la TPD. Les vapoteurs pourraient ainsi accéder à des volumes et des taux d’eliquide adaptés à leurs besoins à des prix raisonnables limitant ainsi la consommation excessive d’eliquides tout en limitant les déchets. Elle ajoute que les : “ Taxes, interdictions des arômes et monopoles de vente d’État sur la vape sont des barrières à l’arrêt tabagique.” Elle recommande également que l’administration européenne puisse fournir des informations claires et fiables autour des solutions alternatives à la cigarette.

N'hésitez pas à consulter tous les détails de cette riche enquête et à la relayer pour faire évoluer l’image de la vape.

En attendant bonne vape à tous !

Publié le 07-07-2021 | Mis à jour le 07-07-2021

Laisser un commentaireLaisser un commentaire

Vous devez être Connecté pour poster un commentaire.